Dossier de presse
     
 
  La Presse, samedi 2 février 2008
Exposition de Otay Hassine à l'Espace Caliga (du 30 janvier au 14 février)
Gavée de poésie et de lumière
  « page précédente
 

Chaque invitation à la galerie Caliga est une nouvelle occasion qui s’offre aux amateurs des arts plastiques pour vivre un moment unique de plaisir et de sérénité.

Chaque tableau est une histoire d’amour, un peu de poésie et un petit plus de beauté ajoutée à la réalité ambiante, ou alors une parfaite représentation de la fécondité de l’imagination des artistes.

Dans cette nouvelle exposition, la galerie nous propose près d’une trentaine d’œuvres du peintre Otay Hassine. on y retrouve les thèmes de prédilection du peintre : des natures mortes, des compositions florales, des paysages et des villes de Tunisie.
En contemplant ses œuvres, on se rend compte très vite que Otay Hassine se situe dans la lignée de ceux qui cherchent à révéler, au-delà des apparences, le souffle puissant d’une poésie que chaque élément de la nature contient, comme un secret protégé.

Il ajoute au sensible, sa propre sensibilité, au mystère, son propre mystère. Sa peinture solidement construite nous offre une sensibilité raffinée. Dans «Marguerites tournesols» et «La tempête», ses paysages comme ses natures mortes enchantent les cœurs par la richesse chromatique qu’ils contiennent.
Une luminosité débordante d’espérance et de poésie caractérise ses huiles. C’est sa façon d’ajouter une couleur spirituelle qu’on remarque surtout dans «la mosquée des trois portes» et «heure de prière».

 

Il est clair que le talent de ce peintre est de pouvoir, grâce à un sens inné de la lumière et une touche directe et pleine de matière, traduire la vie, telle qu’il la ressent, cette vie, la beauté de ses éléments s’échappe de ses œuvres pour notre plus grand plaisir.

Equilibrées dans une composition parfaite, les œuvres de Otay Hassine ne laissent pas indifférents. Son graphisme est original et le choix de ses sujets incitent à la rêverie. Une belle exposition à voir jusqu’au 14 février.

Ronz NEDIM